Des milliers de togolais dans les rues pour demander la levée de la sanction de la CAF et la démission de son président Issa Hayatou

Plusieurs milliers de manifestants étaient dans les rues de Lomé la capitale du Togo samedi pour protester contre la décision de la Confédération Africaine de Football (CAF) de suspendre le Togo des deux prochaines Coupes d’Afrique des nations.

A l’appel d’un collectif d’une vingtaine d’associations de la société civile togolais plus de 20 000 personnes ont sillonné plusieurs artères de la capitale togolaise.

Avec un bandeau rouge au front, au bras ou au poignet, ils brandissaient plusieurs pancartes sur lesquels ont pouvait lire « CAF, FLEC, ANGOLA assassins », « Issa Hayatou, l’équipe togolaise ne mérite pas une sanction »,  « Issa Hayatou Ben Laden », « Issa Hayatou Mafia », « Sanction insensée », « Hayatou démission » « CAF clubs des africains fous ».

La marche a abouti au stade municipal de Lomé où une déclaration a été lue. « Le Collectif des Associations et ONG   de la Société Civile Togolaise exige que, pour avoir pris connaissance des dangers qui planaient sur l’organisation de la CAN dans cette zone mais avoir refusé de déplacer les matches qu’il a programmés là-bas, pour des raisons politiques et à cause des intérêts qui lui sont propres, Issa Hayatou soit poussé à la démission par toutes sortes de pressions, et poursuivi devant tous les tribunaux y compris celui de Belgique qui a une compétence internationale pour mise en danger de la vie d’autrui et une complicité d’assassinats et d’actes terroristes ! » a déclaré devant la foule Aimé Ekpé porte parole des manifestants.

« Les Togolais à l’unisson demandent la démission de monsieur Issa Hayatou car   son comportement  qu’on a trouvé inhumain, ce n’était pas digne d’un  responsable  d’une telle institution », a pour sa part confié à EFE Aladjou Agouta, organisateur de la marche.

Les manifestants ont demandé  l’annulation « pure et simple » de la décision de la CAF portante suspension du Togo pour les deux  prochaines éditions de la CAN (CAN 2012 et 2014).  « Les sanctions prises contre notre pays de nous  doivent être revues, que ces sanctions là soient levées » a insisté Agouta.

Les manifestants  ont par ailleurs demandé au gouvernement togolais «  de ne ménager aucun effort pour traduire devant tous  les tribunaux compétents, les auteurs, co-auteurs, et complices de ce drame qui a sérieusement endeuillé le peuple togolais ».

Le bus de la délégation togolaise a été mitraillé le 8 janvier à l’enclave de Cabinda, alors que les Eperviers du Togo se rendaient à leur quartier général pour la phase finale de la CAN.

Deux togolais ont trouvé la mort cette attaque: Abalo Amélété, l’entraîneur adjoint de la sélection nationale et Stanislas Ocloo, le responsable à la communication. Le gardien de but Kodjovi Obilalé a été gravement blessé.

~ par noeltadegnon sur 30 janvier, 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :